vogueplay.com > Nouvelles > L’AMF et le GRC perquisitionnent les bureaux d’Amaya Gaming

L’AMF et le GRC perquisitionnent les bureaux d’Amaya Gaming

amaya gaming

Les bureaux de l’exploitant de jeux Amaya Gaming ont été perquisitionnés par l’AMF et le GRC. Les 2 instances le soupçonnent de mener des activités illégales.

Amaya Gaming est un exploitant international des jeux de hasard. Il dispose de plusieurs salles de jeux au Québec et de nombreux sites de jeux en ligne dans le monde, dont Poker Stars et Full Tilt Poker qu’il a racheté récemment. Et ce sont justement le rachat de la société mère de Poker Stars et de Full Tilt Poker en France qui ont attiré l’attention de l’AMF, l’autorité de régulation des marchés financiers française. L’instance de contrôle suspecte Amaya Gaming de mener des activités illégales et de s’en servir pour étendre son empire du jeu. Elle a donc rendu une visite inopinée à Amaya Gaming dans ses bureaux du Québec, et quelque temps plus tard, c’est la GRC, l’autorité de contrôle du Québec qui s’est aussi rendu sans préavis chez Amaya Gaming.

Amaya Gaming dément toute fraude et se montre coopératif

L’exploitant de jeu se montre ferme et révoque toute accusation de fraude ou d’activité illégale. Il a affirmé dans un communiqué de presse qu’il a accordé sa totale collaboration aux instances venues le contrôler, et que cela n’affectera en rien ses activités courantes. Les joueurs pourront donc continuer de parier dans les salles de jeux en ligne du groupe, les salariés continueront d’exercer et de percevoir leurs salaires comme à l’accoutumée pendant que les enquêtes poursuivront leur cours.

Amaya Gaming se veut rassurant, mais son action chute en bourse

Bien que le groupe Amaya Gaming se soit montré rassurant dans son communiqué de presse, son action en bourse a tout de même pris un sacré choc à l’annonce des perquisitions. Elle a subi une baisse de 18% pendant une courte période avant de remonter timidement au début du mois de décembre 2014. Les observateurs précisent qu’il sera difficile dans ses conditions à Amaya Gaming d’entrer en bourse dans un autre territoire que le Québec. Des débats sont d’ailleurs en cours au sein de l’équipe dirigeante afin d’évaluer les éventuelles conséquences des enquêtes en cours et celles de la chute de l’action pour les investisseurs privés. L’avenir d’Amaya Gaming semble bien sombre…

Votre commentaire

*